12 March 2021

9 min - lecture

bipoc

BIPOC of Ubisoft – Carl Tamakloe

Note de l'éditeur : Dans l'industrie du jeu vidéo, incluant Ubisoft, les personnes autochtones, noires et de couleur (PANDC) sont dramatiquement sous-représentées. Selon le sondage de l'IGDA de 2019 sur les conditions de travail des développeurs de jeux vidéo, seulement 19 % des développeurs se sont identifiés comme autre que « blanc / caucasien / européen ». PANDC d'Ubisoft est une série mettant en valeur les voix et les histoires des PANDC chez Ubisoft dans le but de fournir un exemple à la prochaine génération de professionnels du jeu et de rendre l'industrie plus accueillante et inclusive. La série se déroulera en saisons, chacune ayant un thème différent. La deuxième saison se concentrera sur les histoires de représentation dans les médias.

Mes parents m'ont nommé d'après Carl Lewis. Malheureusement, je n'ai hérité d'aucune de ses capacités athlétiques. J'étais plus intéressé par les histoires, qu'elles soient racontées via bandes dessinées, romans, films, jeux vidéo ou séries télévisées.

C'est pourquoi j'ai décidé de faire un stage dans le département de fiction d'une chaîne de télévision française, et décidé que je voulais travailler dans la production télévisuelle et cinématographique. Maintenant, c'est exactement ce que je fais en tant que chef de projet junior chez Ubisoft Film et Télévision à Montreuil, en France, où je travaille avec des scénaristes et des artistes visuels pour donner vie à leurs visions audacieuses des mondes d'Ubisoft sous forme de séries télévisées et de films d'animation.

UN Bipoc Carl - IMG 1

Je n'avais pas beaucoup de modèles masculins noirs jusqu'à très récemment.

La vérité est que lorsque j'étais plus jeune, je ne me souciais pas vraiment de la couleur de peau des personnages auxquels je m'identifiais à l'écran ou sur la page. J'avais la même quête d'appartenance qu'Harry Potter, j'ai vécu les hauts et les bas de Peter Parker à New York, et je me suis complètement perdu dans la belle fraternité d'Edward et Alphonse Elric de « Fullmetal Alchemist ».

Bien sûr, tous ces personnages étaient blancs. Cependant, je voyais leur couleur de peau comme une différence phénotypique, tout aussi insignifiante que la texture de leurs cheveux ou la taille de leur nez. J'étais aussi naïf jusqu'à ce que je réalise que j'étais noir; c'est-à-dire jusqu'à ce qu'un garçon au collège me dise, « Pourquoi t'as des grosses lèvres et des cheveux bizarres? » Un commentaire comme celui-là aurait pu être insignifiant, mais il m'a fait réaliser qu'être noir n'était pas la même chose qu'être blond ou grand.

Être noir est venu avec du dédain, du dégoût, de la peur et de la méfiance.

Après avoir vécu du racisme, j'ai soudainement commencé à me sentir dissocié des personnages auxquels je m'identifiais. J'ai réalisé que, contrairement à moi, ils ne subiraient jamais de discrimination basée sur la couleur de leur peau. À cause de cela, j'ai commencé à chercher des protagonistes qui ont été mis de côté à cause de leur couleur de peau, et qui ont prospéré malgré le racisme auquel ils ont fait face. Cependant, quelque chose était très clair : en France, ils étaient introuvables. Les personnages noirs étaient – et sont toujours – remplis de stéréotypes, toujours représentés comme agressifs, hyper-masculins et vulgaires, toujours là pour faire rire le public à cause de leur accent ou de leurs différences culturelles. J'étais découragé. Essayer de trouver de la représentation noire dans les médias français était peut-être pire que de rester dans le cocon des personnages blancs auxquels je m'identifiais.

UN Bipoc Carl - IMG 2

Je ne pouvais trouver aucun personnage noir auquel m'identifier. Il y avait certainement une pénurie. Pendant très longtemps, je ne pouvais pas m'identifier complètement au parcours d'un personnage qui ne reflétait pas entièrement mes propres difficultés en tant que garçon noir dans une société majoritairement blanche. Et puis, en 2016, j'ai visité l'Amérique.

Maintenant que j'y pense, il est assez triste que je me sois vu représenté dans les médias pour la première fois à l'âge de 19 ans. C'était pendant mon année à l'étranger au Minnesota, dans un cinéma indépendant vintage sorti tout droit d'un film de Martin Scorsese. En regardant le panneau d'affichage qui disait « A Frank Ocean Song for the Eyes », je suis entré dans le théâtre pour enfin regarder le film dont la presse n'arrêtait pas de parler, qui serait certainement le préféré des Oscars de la saison. Je ne savais pas à quoi m'attendre, mais je me souviens avoir été fasciné par l'affiche du film qui ressemblait à une magnifique œuvre d'art, montrant un homme noir brisé en trois, chaque partie représentant une génération de sa vie. Les images de ce genre restent avec vous, en plus d'être d'excellents outils de marketing pour créer de la curiosité, et celle-là m'a certainement rendu très curieux.

« Moonlight » est une histoire de passage à l'âge adulte à propos de Chiron, un pauvre gamin noir des projets de Miami, qui a du mal à accepter son homosexualité tout au long de sa vie. « Moonlight » est avant tout un film sur la masculinité, comment les attentes de la société façonnent ce que doit être un homme noir, comment ils se conforment à ce personnage forcé hyper-masculin, et comment cela les prive de leurs émotions.

« Moonlight » fut une révélation. C'était la première fois que je voyais une représentation aussi opportune, complexe, sensible et bien conçue d'une personne noire à l'écran. La mise en scène débordait d'amour et d'authenticité pour le personnage de Chiron. Le texte, pour sa part, était toujours juste et n'a jamais renoncé à décrire les difficultés d'être noir, et n'est pas non plus tombé dans les attentes hyper-masculines des stéréotypes noirs. J'ai vu le film comme une réponse à mes frustrations, mais avant tout, je me suis vu représenté dans les médias. Après « Moonlight », il y a eu un changement en moi, une validation, comme un miroir qui montrait explicitement ma vie comme pertinente. L'écart qui persistait entre la représentation réductrice et simpliste des hommes noirs à l'écran et l'idée que j'avais de moi-même a rétréci.

UN Bipoc Carl - IMG 4

Depuis, je suis devenu obsédé par « Moonlight ». J'ai lu le scénario 10 fois pour entrer dans la psyché de Chiron. J'ai regardé le film tous les deux mois pour découvrir de nouveaux détails à scruter et de nouvelles émotions à dénicher. J'ai même couru après le réalisateur, Barry Jenkins, à la première de son dernier film, « Si Beale Street pouvait parler », et lui ai fait signer mon affiche de « Moonlight » tout en le félicitant, lui et l'écrivain, pour avoir créé ce chef-d'œuvre absolu. Cependant, « Moonlight » n'était que la première étape.

Je dirais que la première fois que je me suis vu représenté dans les médias n'était pas dans un seul film, une scène particulière ou le parcours d'un seul personnage. C'était un long processus, et une somme des sensibilités, personnalités et difficultés de plusieurs personnages que j'ai vues au fil des ans. Créer un personnage qui englobe totalement l'expérience de quelqu'un est difficile, voire impossible. D'où la raison pour laquelle j'ai l'impression de ne pas m'être encore vu complètement représenté dans les médias, mais chaque année, je me rapproche sûrement de ce rêve.

La deuxième moitié des années 2010 a été toute une aventure. Il était difficile de suivre toutes les représentations des différents personnages masculins noirs à l'écran. Il y a eu un boom, pas sans rapport avec la montée du mouvement #BlackLivesMatter. 2017 a marqué la sortie de l'adaptation télévisée de l'hilarant « Dear White People » sur Netflix, mettant en vedette le personnage de Lionel, un homme noir gay maladroit étudiant dans une école fictive de la Ivy League. Je me suis totalement identifié à lui, ayant moi-même étudié et éprouvé des difficultés dans une institution d'élite en France.

UN Bipoc Carl - IMG 3

En 2018, c'est « Black Panther » qui a révolutionné la représentation des personnes noires à l'écran. Jamais je n'avais vu autant de visages africains sur grand écran; pas seulement des visages, ils étaient des rois, des reines, des super-héros, des magiciens, pleurant pour leurs pères perdus depuis longtemps, se battant pour leur mode de vie et ne tombant dans AUCUN stéréotype. En tant qu'homme togolais, j'étais assez content. À la fin de 2018, « Spider-Man: Into the Spider-Verse » racontait l'histoire de Miles Morales, un enfant noir et latino de Brooklyn qui souffre d'un grave syndrome de l'imposteur lorsqu'il doit prendre la relève de Peter Parker après sa mort. Merci, Peter, pour ton travail acharné et ton service; tu étais mon héros pendant mon enfance, mais j'aurais certainement été une personne différente si Miles Morales avait atterri sur mon écran plus tôt.

Dans les années suivantes, « Sex Education » a fait entrer le flamboyant Eric Effiong dans ma vie, et « I May Destroy You » m'a brisé le cœur avec son interprétation plein de cœur de Kwame. Les deux personnages étant du Royaume-Uni, tous deux européens, tous deux plus proches de mon expérience, dans un sens.

La représentation est l'un des meilleurs remèdes contre la solitude. Cela ne fait pas que refléter vos expériences, mais les valide également. Cela vous fait réaliser que d'autres personnes partagent votre parcours, et ont réussi à présenter ces histoires à l'écran. Parler de « Moonlight », le voir gagner prix après prix, et le partager avec mes parents et mes amis m'a certainement aidé à m'accepter davantage. Année après année, film après film, ma confiance en moi a grandi. Non seulement est-il devenu possible pour moi de vivre mes propres histoires, mais elles ont également été vues par des millions de personnes, certaines partageant également ce manque de représentation et de validation.

En réfléchissant au rôle que ces images ont joué dans mon développement en tant qu'individu, je ne peux pas ignorer un énorme regret : que ces personnages ne provenaient pas des médias français. Est-ce normal que j'aie dû traverser l'Atlantique pour enfin trouver une histoire qui reflétait la mienne? Est-il normal que les seuls personnages que je pouvais admirer provenaient de séries télévisées ou de films américains ou britanniques? Je désire toujours voir des personnages masculins noirs sur les écrans français qui sont à l'aise avec leur masculinité, et qui ne sont pas seulement ici pour représenter un fantasme pauvre, violent et éloigné de ce que sont les personnes noires en France. Mais c'est ça qui est difficile avec la représentation : Ce ne sera pas entièrement satisfaisant jusqu'à ce que vous écriviez vous-même votre propre histoire. Un jour, peut-être.

Ne manquez pas toutes les histoires de PANDC d'Ubisoft.

Plus de Ubisoft

[UN][News] Ubisoft Forward E3 2021 - THUMBNAIL
15 April 20211 min - lecture

Ubisoft Forward E3 2021

Ubisoft Forward sera en ligne le samedi 12 juin 2021.

En lire plus
7 April 202114 min - lecture

Immortals Fenyx Rising – Exploration des mythes de l'empire céleste chinois

Plongez dans les anciens contes qui ont inspiré le plus récent arc scénaristique depuis la sortie du jeu et se déroulant dans le monde de la mythologie chinoise grâce à l'équipe responsable de l'histoire.

En lire plus
30 March 20218 min - lecture

Watch Dogs: Legion – Les outils qui ont bâti Londres

Découvrez comment les outils derrière la fonctionnalité unique « Incarnez qui que ce soit » de Watch Dogs: Legion ont permis à ses habitants de prendre vie.

En lire plus
26 March 20217 min - lecture

PANDC d’Ubisoft : Hanin Fakhriddin

Découvrez comment une directrice marketing d’Ubisoft a eu du mal à se sentir chez elle dans son propre pays.

En lire plus